Nouvelles de Ritana 16/11/2014

Vendredi 14 Novembre, nous partons de Tagolsheim après que Michel Kunegel et Claudine soient venus nous dire au revoir.

La modification et les réglages de la bricole semblent bien aller, juste qu'Altesse semble tirer avec moins de force et quelques kilomètres plus tard on se rend compte que cela ne vient pas d'elle, c'est le fait même de ce genre d'attelate qui tracte moins que le collier.

Comme nous repartons après une semaine de pause nous décidons de ne pas en demander trop à nos chevaux. Petite étape de 3H00, 15 km jusqu'à Koetzingue. Un paysan nous donne le gîte sur un pré clôturé et de l'eau à proximité.

Samedi 15 Novembre on repart à 11H30, ciel couvert mais il ne pleut plus. Nous allons en 3H00 à Blotzheim. Altesse se plait de son nouvel arnachement !

Très belle étape entre champs et forêts sur des chemins agricoles qui  nous économisent au moins 10 kilomètres de nationale

De jolis villages sur la route, typiques de l'Alsace et où bien des gens nous félicitent de notre démarche

Arrivés à Blotzheim, nous trouvons accueil à la ferme du château chez Hubert Gyger. Un compatriote franco-suisse qui nous gâte d'un grand pré clôturé mais en plus nous donne accès aux douches et WC dans la cour de la ferme, bref, le grand luxe, ce sont aussi des semeurs de bons grains emprunt d'une vie spirituelle engagée.

Merci à vous tous, et bonne continuation.

Ce matin Dimanche 16 novembre drôle de surprise avant notre départ. Des connaissances d'Hubert arrivent avec un article du journal de l'Alsace. Toute une page sur notre projet avec beaucoup de détails. Nous devons ceci à Vivian Millet correspondant de ce canard départemental qui est passé nous voir à Tagolsheim. Petite renommée dans le village et bien au-delà. Durant toute notre étape de ce jour vers l'Allemagne, que ce soit à Saint-Louis et la frontière passée, on nous parle de cet article et recevons quantité de soutien et de bon voeux.

Passage à côté de l'aéroport de Bâle-Mulhouse, nos comtois n'ont même pas peur des avions, aucune réaction autre que celle des moteurs de ces drôles d'engins.

Puis voilà le Rhin, As et Altesse rivalisent de courage sur les jointures et bandes métalliques du pont sans même se rendre compte qu'ils quittent leur pays natal.

Leur moral est bon, le nôtre aussi, et As aujourd'hui s'est montré un vrai Cannelle, tout en force du début à la fin sans sourcillier une seule minute. On est étonné de cette journée et cet entrain au travail de sa part, à croire qu'il adore ce qu'il fait.

Nous nous arrêtons à Lörrach au bord d'un canal, la "wiese", à 16H30 après 18 km dont de très fortes montées à Weil Am Rhein. N'ayant trouvé aucun paysan dans cette ville pour demander accueil, nous nous sommes installé sur un pré de manière autonome.

Les Allemands nous donnent le même genre d'accueil et de signes de sympathie et nous nous en réjouissons.

Irene et Martial   (une vidéo du passage du pont est en lien de le blog)