Nouvelles de Ritana 16/06/2015

Bonjour à toutes et tous,

Merci pour vos visites sur notre blog, elles deviennent agréablement nombreuses et nous nous en réjouissons. L'équipage de Ritana et heureux de vous annoncer en ce jour son arrivée dans la ville de Vienne (Wien)

Mais avant de vous relater nos trois dernières étapes, nous devons vous faire part d'une regrettable nouvelle. Nous nous réjouisssions de traverser l'Autriche et de nous retrouver en Hongrie pour voir plein d'attelages et de partager notre passion de la traction animale avec eux. Eh bien ce sera tout le contraire. Il se trouve que nous faisons face à des avertissements de toutes parts qu'une épidémie de la "Gourme" sevit ici en Autriche après avoir essaimé toute la Hongrie. Cette maladie est sensible pour nous, elle nous bloquerait longtemps et surtout elle est souvent mortelle si prise en main trop tard. Donc nous allons profiter de notre pause de quelques jours à Vienne pour vacciner les chevaux, mais celui-ci n'est que d'éfficacité variable. Et une fois sur le sol Hongrois, nous devrons absolument éviter le monde des chevaux et le contact avec eux, cette maladie se répendant comme le feu dans une écurie. C'est un déception pour nous, habituellement nous comptions beaucoup sur la solidarité du monde equin pour nos étapes et autres besoins vis à vis des chevaux.

Nos dernières étapes :

Dimanche 14 juin, nous partons tôt pour éviter la chaleur. L'euro-véloroute R6 est inaccessible nous faisons une étape entière sur les routes, mais c'est dimanche et il y a peu de trafic et encore moins de camion. De Tulln nous espérions trouver un pré autour d'un lac le Silbersee à Höflein mais sans succès, ceci nous oblige à faire plus de km que prévu et après 21 km nous nous trouvons à Kritzendorf, un village en majorité de cabanons style victoriens, des résidences secondaires pour la plupart, occupées par la classe moyenne de Vienne. Les ruelles sont étroites, parfois pas plus de 10 cm entre Ritana et les voitures garées, un vrai gymkana avec des angles droits difficiles à gérer.

Finalement les gens qui nous voient se concertent et optent pour nous guider jusqu'au bord du Danube pour nous poser pour la nuit. Une plage de sable avec une herbe rare et sèche, un avant goût de la Turquie pour As et Altesse,  mais il y a beaucoup de trèfle et de jeunes roseaux verts, ce qu'adorent nos comtois nous l'avions déjà remarqué. Enfin on peut se reposer sous un soleil tapant les 35 degrés.

Nous sommes à nouveau reçus en grandes pompes par les villageois, la bière arrive avant d'être commandée, les nombreux passants nous envahissent de questions et de félicitations.

Enfin ! les chevaux sont parqués, l'eau distribuée, la précieuse sieste peut commencer...

Plus tard nous profiterons d'un accès facile au Danube pour proposer une baignade aux Comtois, ce qui n'a pas manqué de leur faire plaisir et grand bien.

Dans le lot des gens aussi merveilleux les uns que les autres, Attila, un travailleur social de Vienne qui a son coin de paradis ici aussi, nous invite à partager un repas avec eux à quelques pas de la plage.

Comme bien souvent, les amitiés se nouent, nous nous promettons de nous revoir à Vienne, 27 km plus loin.

Le lundi 15 nous nous décidons d'une petite étape de moins de 10 km, pour s'arrêter à Klosterneuburg, on trouve un pré communal magnifique devant un laboratoire d'analyses alimentaires où la jeune directrice nous organise un tuyau d'eau, encore un accueil concret, on ne trouve pas les mots devant tant de bienveillance à notre encontre. Attila qui rentre en vélo à Vienne, s'arrêtera manger des crêpes à midi avec nous. L'abondance d'herbe de ce pré va préparer nos chevaux à reprendre des forces pour le sixième jour de marche sans pause et rejoindre notre étape de Vienne

Entre temps, nous avons pu organiser ce que nous souhaitions, une bonne place à Vienne pour quelques 3 ou 4 jours, assez d'herbe pour rester et visiter la ville. Attila connaissait justement quelqu'un qui vit dans un des trois villages de roulottiers qui bordent la ville. Nous en avions pris connaissance par une même structure alternative à Bienne en Suisse, mais là si l'habitat n'est pas très différent, il est légal et à long terme. Nous y sommes attendus le mardi, à nous de parcourir les 21 km qui nous séparent d'eux, avec une mégapole à traverser. Nous avons une adresse, et une photo satellite.

 

Déjà ce matin les problèmes commencent, mais le temps s'est raffraîchi, il fait pas plus de 25 degrés. la vélo route R6 passe sous des ponts trop bas, il nous faut affronter la ville après un détour de 2 km. Et une chose nouvelle se profile pour Altesse, les trams !  Elle connait les trains certes et elle en a encore peur, mais s'ils se mettent à rouler sur la route alors la coupe est pleine... Tout se passera pourtant sans incident.

5H00 plus tard après notre départ nous avons parcouru ce chemin et sommes enfin arrivés chez ces roulottiers où plusieurs hectares d'herbe nous attendent dans la réserve naturelle de Lobau-Vienne, un parc national à proximité de la ville. Vers la fin, par crainte de ne pas trouver l'endroit je m'adresse à de policiers, ils nous indiquent la route à suivre, plus qu'un seul petit kilomètre, on a faillit passer à côté et devoir faire demi tour.

Il y a 3 endroits du genre à Vienne, ils se nomment les "wagenplatz", ce sont des alternatifs qui ont choisi l'habitat mobile et sauvage, avec le temps, du squatt ils sont passés à la légalité, il faut dire qu'en Autriche l'ouverture à la culture alternative est bien plus grande qu'en Suisse, France ou Allemagne, un peu comme au Danemark.

Si les visiteurs comme nous sont les bienvenus, les places sédentaires sont rares et les refus nombreux, quelques infos sur eux avec le lien de leur blog.

http://akwlobau.wagenplatz.at/?page_id=24

On y rencontre de tout, des universitaires engagés, des militants, mais comme nous, on y trouve surtout la recherche d'alternative de vie et d'habitat.

La légalité de ce genre de village de roulottier à du bon, accès officiel à l'eau, l'éléctricité, et même internet. Nous vous laisserons bientôt d'autres nouvelles de notre étape prolongée à Vienne.

A bientôt

Irene et Martial, Vita et Waldo