Nouvelles de Ritana 14/05/2015

Bonjour à toutes et tous,

Nous profitons d'une pause bien méritée, autant pour nous que pour les chevaux, afin de venir vous relater nos aventures. Nous sommes accueillis à Daxlarn en dessus de Pleintling, par un couple de culture alternative qui ont ouvert un relais pour cavaliers randonneurs, Merci à vous Kirstin et Jurgen, douche, lessive, internet, franche et spontanée amitié, il y a tout offert chez vous.

Depuis le passage au sud de Regensburg pour éviter la ville, nous avons rallongé nos étapes. En effet, les chevaux sont au top de leur forme depuis la reprise de notre route. Aussi nous nous permettons des étapes de 20 à 25 km plutôt que 15 à 18. Tout se passe bien, après 4 jours de marche le cinquième nous montre leur fatigue et nous refaisons donc une pause de 24H00, c'est donc le rythme que nous adopterons à l'avenir.

Le 6 Mai on a fait pause à Pfatter. Non pas  pour reposer nos comtois, mais pour recevoir la visite de Elga et Sigi, la famille de Nürnberg, tante et oncle d'Irene, car du côté de sa maman elle est à demi Allemande. Nous avons reçu un accueil très chaleureux des habitants, tous étaient content de nous accueillir et de connaître notre projet. Un hic pourtant s'est glissé à notre arrivée, en voulant faire demi-tour pour garer la roulotte, une guide s'est coincée dans un oeillet et sans réponse de celle-ci nos chevaux sont partis à droite plutôt qu'à gauche. Résultat, Ritana coincée contre un arbre et il a fallut un tracteur pour nous sortir de ce mauvais pas. On a pas fini d'en apprendre, désormais à chaque départ après arrêt, nous n'oublierons plus de contrôler nos guides !!

Le lendemain nous passerons la journée en compagnie d'Elga et Sigi, une jolie journée ensoleillée, pleine d'échanges et de fraternité, Ils nous auront aussi déplacé en voiture afin de visiter quelques particularités du coin, comme le Wallhalla, un monument d'inspiration grèque, construit par Louis 1er de Bavière.

Comme dans la pensée hellénique, on y retrouve les bustes des plus grands, dont les amis de ce Louis 1er. Mais pas seulement, nous sommes étonnés mais agréablement surpris d'y trouver notre Saint Patron de Suisse.

Merci Sigi, pour tes échanges, profonds et culturels, tu reste dans nos pensées.

Merci Elga à toi aussi, ta gentilesse, ta fraternelle présence que nous garderons en souvenir.

Le jour d'après, nous nous retrouverons à proximité de Straubing. Le soir nous campons dans un bout de champ mis à disposition par un paysan. Nous faisons alors une étape sans voisinage et visiteurs. Parfois cela fait du bien. Même si nous apprécions nos rencontres et notre voyage est fait pour ça, il nous est aussi profitable de ne pas être sollicité. Nous nous trouvons comme Bernard Oliver dans sa longue marche, à saturer parfois de répondre 10 fois de suite aux mêmes questions : d'où venez-vous, où allez-vous, pourquoi cette folie, nous répondons toujours et avec plaisir, mais il nous arrive d'être soulager d'un étape de sollitude.

A Straubing nous allons en ville pour visiter cette cité médiévale et faire des courses. Nous sommes surpris d'y trouver une animation intense et rare, c'est une fête médiévale avec activités multiples mais surtout des concerts qui nous y retient un bon moment.

Ces derniers jours nous avons vécu une des plus belles étapes de ces 1200 premiers kilomètres. En traversant l'Isar et en suivant cet affluant du Danube, nous nous retrouvons dans une immense réserve naturelle. Piste entre forêts et marécages, 15 kilomètres de bonheur total. L'arrêt du soir ne le sera pas moins, posé au bord d'un lac nous sommes aux anges.

Nous sommes à deux jours de roulotte de Passau et donc de l'Autriche. Nous nous demandons si l'accueil sera aussi agréable que celui  qu'on a vécu en Allemagne. Encore merci à tous ceux qui nous ont soutenus et qui ne manqueront pas de lire ces lignes. Le Bayern restera un merveilleux souvenir de ce pays, comme les amis rencontrés cet hiver, Hugo et sa famille, Elke et la sienne, Françoise et ses filles, Elvira et Jorg, merci  vous tous on vous fait une place dans nos coeurs en route vers la Mongolie. Bye bye Deutchland, nos prochaines nouvelles seront "aux trois levrettes" euh non pardon, "Aux tri chiennes".

Irene et Martial

×