Nouvelles de Ritana 12/07/2015

Coucou tout le monde, Ritana est en pause à Esztergom-Kertvaros

L'herbe ne manque pas mais elle est sèche, c'est du foin sur pied, nutritivement parlant c'est pas le top mais si c'est qu'occasionnel on peut s'en contenter.

Après Karvany nous avons fait une dernière étape Slovaque à Sturovo. C'est une ville active et magnifique et comme toujours, l'accueil est on ne peut plus agréable. Un grand pré communal de 4 hectares avec des voisins garagistes qui nous aident à trouver et transporter de l'eau.

Quoi que, une voisine étonnée ou dérangée par notre présence s'est sentie obligée d'appeler la Police. Les deux anciens militaires reconvertis en policiers de choc, tatoués et l'air plutôt patibulaires si ce n'est leurs armes, uniformes et par-balle, nous rendent une visite de courtoisie. Après avoir compris qui nous étions, ce que nous faisions, le but de notre voyage, ils nous ont même pas contrôlé les papiers présentés et nous ont souhaité un bon voyage et une bonne nuit de sommeil, enchantés et épatés par le projet.

(Marti tire la langue à la voisine)

Le lendemain nous traversons le Danube et rejoignons la Hongrie à Esztergom.

16 Km de bonheur pour rejoindre Esztergom-Kertvaros où Irene a pris le train cette nuit à 3H20 afin de rallier Budapest et enfin la Suisse pour quelques jours de joie et bonheur au milieu de ses filles.

C'est à cette même gare que j'attends cet après-midi à 15h38 Angela, qui finalement viendra seule, une amie que je me réjouis d'accueillir à bord de Ritana comme copilote ou groom d'attelage. Nous avions loupé la possibilité de la rencontrer lors de notre étape au wagenplatz de Vienne, ce sera l'occasion de faire encore mieux, partager du temps ensemble.

Demain nous serons encore en pause ici. J'ai ces derniers jours et à deux reprises, changé et rivé à nouveau des clous des fers antérieurs d'Altesse. Mais en dehors d'un défaut qu'elle a d'avoir une muraille fine et friable, il faut m'entourer du savoir d'un maréchal que j'ai organisé pour demain pour récupérer une taille désastreuse du dernier maréchal. Et en plus il ne les a jamais dégorgé et rivé mais juste limé ce qui dépassait, aussi 15 jours plutard ça bouge déjà. Nous sommes déçus, non pas tant du prix de son action, mais de son savoir et de sa renomée.

Cet hiver et grâce à Françoise Rivière nous avions fait la connaissance par film CD, de Lorenzo de Camargue. http://www.lorenzo.fr/

Cet excellent ethologue voltigeur, joue l'acrobate sur une harde de 12 chevaux sans plus aucun lien physique d'aucune sorte, ni guides ni rênes,, la voix et la complicité.

Il se trouve que ce cher Lorenzo a choisi l'Autriche comme résidence secondaire, pour faciliter ses déplacements car c'est au centre de l'europe, mais aussi pour assumer sa relation avec une Autrichienne. Alors ce maréchal s'est vanté d'être l'attitré de la troupe d'équidés de Lorenzo, de le connaître personnellement etc. Ben quand on voit le travail de cochon qu'il fait, des pieds mal taillés, des clous non rivés mais juste limés, je ne serais pas surpris que Lorenzo en aie bien d'autres sous la main pour s'occuper de ses chevaux. Bref, un coup de gueule mérité, j'espère avoir plus de chance demain avec celui d'une modeste école d'équitation.

Voilà pour l'instant, on se retrouvera sur d'autres lignes, juste encore un truc, Irene a craqué devant ce toutou et ses belles oreilles