Nouvelles de Ritana 06/12/2014

Bonjour à toutes et tous de l'équipage

Nous sommes le 6 décembre et nous sommes à Sigmaringen. Ville magnifique sur le Danube qui mérite le détour.

Enfin une ville assez importante pour faire des courses, nous venons de passer des jours sans voir aucun commerce.

Cette fois c'est bien l'hiver, la neige commence ses premiers flocons et nous avons depuis dix jours des températures de -1 à -2 la nuit, pas plus de 1 à 4 degrés le jour.

Depuis nos dernières news sur le blog, nous avons fait quelques étapes importantes et magnifiques. La plus symbolique pour nous et d'avoir rejoint enfin le bord du Danube après Kirchen-Hausen. Nous prenons la déjà mytique euro-vélo-route, la "Donau-radweg".

Numérotée R9 elle va nous conduire à Ulm-Ravensburg-Passau-Vienne-Budapest etc. (voir les nouvelles vidéos du blog)

En dehors de rares détours quand des ponts trop bas nous empêchent le passage, nous suivons cette magnifique piste vélo, mais aussi chemin agricole, dans la pampa, bien loin des bleds et d'internet, aussi, nous sentons parfois déjà la pauvreté technologique de l'Asie centrale.

Irene a eu la joie de goûter à l'inconnu culinaire. En effet, passant devant une ferme productrice de viande d'autruches BIO, nous nous sommes gâté d'un kilo de cette merveille.

Ici, autre spécialité mais que nous n'avons pas dégusté, une ferme restaurant, le Jager-gastof, offre un produit d'élevage, le Zébu. Sympathique rencontre, ils nous ont suivit sur 800 mètres très étonnés de voir des chevaux au travail.

Lors de notre étape précédente à Thiergarten, nous avons eu le devoir de nous arrêter 3 jours. Par hasard nous trouvons une ferme spécialisée dans l'accueil de randonneurs équestres et toute équipée. Nos comtois en stabulation de luxe mais qui semble ne pas leur avoir donné plaisir tant ils auraient aimé être dehors comme tous les jours. Par contre, les fers qui commençaient à se dériver et arrivés à bout de course, nous demande de laisser un  jour de repos pour ferrer nos huit pieds. Me sentant pas encore sûr et avec la neige annoncée, nous optons pour le soutien d'un maréchal pour parfaire la formation et la pose de gommes anti-neige aux pattes de nos comtois.

Grâce à Martin, nous avons fait un travail d'orfèvre en la matière. Il m'a lègué un savoir sur le modelage du fer pour un bien meilleur confort des chevaux. Cela s'en ressent de manière spéctaculaire. Danke vielmals Martin.

Le troisième jour de pause a été contraint et forcé. Une fugue de 15 heures de Rudi nous a cloué sur place.

Voilà, c'est tout pour l'instant. Tout le monde va bien, notre route se passe dans la joie malgré le climat et le manque de soleil. Les Allemands sont aussi attentionnés à notre égard. Bientôt d'autres lignes au gré des aventures.

Irene et Martial, Vita et Rudi, As et Altesse.

×